You are currently viewing Le syndic : élément central de la copropriété
Le syndic : élément central de la copropriété

Vivre en copropriété offre plusieurs avantages attrayants. Le coût est plus abordable et l’entretien est relativement réduit. Toutefois, il y a également des dispositions particulières à respecter. En effet, acheter un lot dans une copropriété signifie que vous allez devoir payer certains frais. Aussi, dans ce type de lotissement, il y a toujours un règlement général régissant la vie des parties prenantes. Vous avez raison de vous poser des questions quant au véritable intérêt de ce projet.

Cependant, pas d’inquiétude à vous faire, car comme toujours, il suffit d’être bien informé pour éviter les mauvaises surprises. De plus, ces nombreuses obligations concernent avant tout les parties communes. Et c’est le syndic de copropriété qui se charge de les faire respecter. Bref, voici des points à considérer avant l’achat en copropriété !

Le syndic : élément central de la copropriété

Avant tout, tâchez d’en savoir plus sur le syndic de copropriété. Est-il un professionnel ou non ? Comment gère-t-il l’immeuble ? Comment faire pour les finances et la gestion du budget ? Quels travaux ont été effectués sous sa direction ? Notez que cette liste de questions n’est pas exhaustive. Ce mandataire est bien le cœur battant de toute sa copropriété. Tout ce qui concerne le bien immobilier passe d’abord par lui.

Pour rappel, il s’agit d’un représentant légal, et chaque copropriété doit obligatoirement en choisir un. Qu’est-ce qu’il faut savoir sur cette personne ? Il est chargé de l’administration, du juridique et des finances de ce genre de structure. Autant vous dire que son rôle de gestionnaire est capital pour votre future communauté. Le syndic peut être un professionnel ou un non professionnel, il peut être choisi parmi les copropriétaires. Son mandat dure 3 ans, mais peut être abrogé si les copropriétaires le souhaitent (sous certaines conditions).

En général, il est mieux d’opter pour une structure gérée par un syndic professionnel. Cela s’applique surtout aux grands immeubles, plus difficiles à gérer. L’aspect pratique ici est non négligeable, car vous gagnerez énormément en temps. Ce sera à l’équipe du syndic de s’occuper de tout. Nul besoin de votre intervention de manière permanente.

Toutefois, s’il s’agit d’une copropriété plus modeste, un syndic non professionnel peut déjà se révéler suffisant. La raison ? Ce dernier est généralement un des propriétaires. Il est donc au courant de tous les détails concernant le bien immobilier.

Le règlement de la copropriété

C’est dans ce document que sont rassemblées des informations sur la position légale du bâtiment. C’est en d’autres termes le statut de la copropriété, selon la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 et l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019. Vous y retrouverez notamment la destination des parties privatives et des parties communes ainsi que l’état de répartition des charges.

Par la même occasion, vérifiez ce qui est autorisé et ce qui est interdit, comme les gros chiens, les limitations du nombre de voitures au parking, les tapages en week-end ou nocturnes, les travaux autorisés dans les parties privatives, etc.

L’état des finances du bien immobilier

Vous pouvez vous référer à l’état daté établi par le syndic. Ce document doit vous être remis avant la signature de l’acte authentique de vente. Portez une attention particulière au niveau d’impayés et de dettes fournisseurs. Ce sont de bons indicateurs de la gestion de l’immeuble. Examinez par la même occasion l’état général du bâtiment (peinture, fuites, parquet, etc.) !

Les ventes en cours dans la copropriété

Il y a beaucoup de ventes en cours ? C’est peut-être mauvais signe. Essayez de vous renseigner sur les éventuels dysfonctionnements techniques (électrification, plomberie, chauffage, isolation phonique, etc.) !

Très important : observez le climat social entre les voisins copropriétaires. Tentez de connaître le taux de propriétaires comparé aux locataires. Après, jugez par vous-même si cet environnement est plutôt harmonieux ou chaotique. Cela donnera une image plus claire de la copropriété.

Les dépenses à considérer

En vous informant sur les dépenses courantes de la propriété, vous aurez plus de facilité à intégrer celles-ci dans votre budget personnel. D’ailleurs, il y a déjà un budget annuel prédéfini en assemblée générale.

Ce sont les dépenses spéciales qui nécessitent le plus d’attention. Elles arrivent généralement avec les gros travaux d’entretien. Concernant ces travaux, il se peut que certains viennent d’être votés ou soient sur le point de l’être. Il est très important de s’informer sur le sujet. En effet, ce sera à vous, en tant que nouveau propriétaire, de financer la part des travaux qui vous revient.

Au final, avant d’acheter en copropriété, vous devez vous informer sur son mode de gestion. C’est seulement après que les questions esthétiques, techniques et sociales entreront en jeu. Toutefois, vous pouvez voir si les copropriétaires s’entendent bien. Si jamais ce n’est pas le cas, vous êtes en droit de vous rétracter sans devoir aller plus loin !

Dans tous les cas, l’essentiel est de ne jamais vous précipiter. Ne faites pas l’erreur de craquer pour un lot en à peine quelques heures. Il est plus prudent de prendre quelques jours, voire quelques semaines, avant de vous lancer. Ce sera tout à votre avantage.

Laisser un commentaire